Project Description

Le 10 mars 2018

Interviewée dans l’émission 24h Pujadas/LCI du 9 mars 2018, Sylviane Agacinski s’est exprimée sur la Gestation Pour Autrui[1] :

 

« C’est une espèce d’application au monde humain des techniques vétérinaires. Qu’est-ce que c’est qu’un enfant qui n’est pas attendu par sa mère ? <…> On transfère les embryons de chiennes de grandes races dans des chiennes batardes qui vont les porter».

 

L’Association Des Familles Homoparentales (ADFH) constate que l’insulte fait donc partie des arguments de la « philosophe » pour stigmatiser le don de gestation dont plusieurs milliers d’enfants français sont issus, signe qu’elle éprouve de grandes difficultés à pouvoir motiver sa position, bien minoritaire face aux français-es qui sont 64% à ce que l’on autorise en France le recours à une mère porteuse (cf. Sondage Ifop pour La Croix et le Forum européen de bioéthique paru le 3/1/2018)[2].

 

Rappelons que Mme Agacinski est une personne à gauche relativement isolée qui s’est manifestée contre le mariage et l’adoption pour tous et contre l’homoparenté, n’hésitant pas à aligner ses positions sur celles de l’extrême droite et des mouvements obscurantistes religieux en dénonçant une « intoxication idéologique »  : "Il est paradoxal de vouloir reconstituer de la filiation et de la parenté avec des couples qui sont du même sexe"[3], se disant même prête à aller manifester dans la rue[4].

 

Elle franchit aujourd’hui un cap décisif qui la décrédibilise. Mme Agacinski semble donc prête à tout pour promouvoir son dernier livre sur les plateaux télévisés, y compris vomir sur les femmes porteuses, et s’asseoir sur les conséquences de ses insultes à l’égard d’enfants nés par GPA qui peuvent la regarder ou la lire. Prenant toujours bien garde de nier l’existence des parcours éthiques de GPA, de nier les pays où aucune rémunération n’est versée aux femmes porteuses (Canada, Grande-Bretagne, Grèce, Portugal,…), elle n’hésite pas à illustrer ses propos en reliant dans son interview femmes porteuses à chiennes batardes qui porteraient un embryon de chiennes de race… Venant d’une «féministe», on ne saurait pas mieux faire pour dégrader autant l’image des femmes. Mme Agacinski serait bien inspirée d’écouter la réalité des témoignages de femmes qui ont porté les enfants d’autrui dans des conditions éthiques et encadrées par la loi plutôt que d’inférioriser et d’humilier par des comparaisons empruntées au vocabulaire vétérinaire les familles, les femmes et les enfants.

L’ADFH n’a aucun livre à vendre mais des enfants à protéger, quel que soit leur mode de conception.

 

 

[1] https://www.lci.fr/replay/24h-pujadas-l-info-en-questions-replay-du-vendredi-9-mars-2018-2081227.html

[2] http://www.ifop.com/media/poll/3938-1-study_file.pdf

[3] http://www.atlantico.fr/pepitesvideo/sylviane-agacinski-gouvernement-est-fourvoye-en-unissant-mariage-et-adoption-619087.html#AkjTz90TPA12kLz4.99

[4] http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/sylviane-agacinski-prete-a-37759