Project Description

Le 25 septembre 2018

Les grands enseignements de ce sondage sont :

-       Plus d’une personne LGBT sur deux en âge de procréer souhaite avoir un enfant au cours de sa vie

-       75% des personnes LGBT souhaitant avoir un enfant sont disposées à aller à l’étranger pour le concevoir si PMA & GPA restaient interdites en France.

-       35% des personnes LGBT souhaitent avoir un enfant dans les 3 années à venir, soit 5 points de plus que la moyenne nationale des français.

-       45% des femmes lesbiennes envisagent d’avoir un enfant dans les trois ans à venir ; Cette proportion tombe à 20% chez les hommes gays.

-       73% des femmes lesbiennes envisageant d’avoir un enfant dans les trois ans à venir souhaiteraient recourir à la PMA.

Les personnes LGBT en âge de procréer s’inscrivent majoritairement dans le désir de parentalité. L’ouverture en France de la PMA aux couples de femmes vient répondre à des projets parentaux réfléchis, qui s’expriment encore plus massivement dans les CSP à faibles revenus selon l’étude IFOP. Ceci démontre une réelle attente, notamment de la part des couples de femmes qui ne peuvent pas engager de frais pour des raisons financières, et se rendre dans les pays qui autorisent le recours à la PMA. 44% des hommes gays souhaitant avoir un enfant un jour l’envisagent par le recours à la GPA (prohibée en France pour tous les couples et célibataires).

La proportion de personnes LGBT souhaitant avoir un enfant dans les 3 années à venir est supérieure à celle de la moyenne des français. Ceci peut s’expliquer comme suit :

-       les personnes hétérosexuelles sondées sont plus souvent parents au moment du sondage que les personnes homosexuelles et elles ne souhaitent plus agrandir leur famille.

-       le fait de pouvoir oser se penser homosexuel-le et parent est une véritable libération qui trouve son point de départ dans les années 2000 et continue de prospérer.

Faire famille, transmettre, voir grandir ses enfants, sont aujourd’hui indéniablement des valeurs partagées par une majorité de personnes LGBT. L’ouverture de la PMA aux femmes lesbiennes et aux célibataires est aujourd’hui un point de convergence chez les français-es (64% sont favorables sondage IFOP[1], 75 % sont favorables sondage IPSOS-Steria[2]).

Sondage complet sous ce lien.

 

[1]https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2018/06/115524_Rapport_Ifop_ADFH_Gay_Pride_26.06.2018.pdf

 

[2]https://www.ipsos.com/sites/default/files/ct/news/documents/2018-06/questions_directes_pma-gpa.pdf